Comment optimiser Linux pour les SSDs

linux for ssds

Tirez le meilleur parti de votre SSD sous Linux – voici ce que vous devez savoir.

Linux est assez bon prêt sortit de la boite, il y a encore quelques points particuliers qui nécessitent un peu d’optimisation manuelle pour qu’ils fonctionnent aussi bien que possible. Le contrôle de la consommation d’énergie est le problème le plus courant, mais l’optimisation de votre système pour les SSD est un autre élément important. Et c’est important de le faire, parce que les SSD bien entretenus sont un atout de taille dans votre arsenal.

Pour obtenir les meilleures performances et le moins d’usure de votre disque dur, essayez ces optimisations pour votre système Linux.

Mettez à jour votre distribution

Bien que je ne pense pas que ce sera un problème pour la plupart des gens, cela vaut quand même la peine d’être mentionné. Afin de profiter des dernières optimisations dans les applications, le noyau, le système de fichiers et bien plus encore, il est préférable d’exécuter la dernière version de votre distribution préférée.

Si même si vous êtes sur des versions plus anciennes mais toujours supportées (comme Ubuntu 12.04), il est préférable de mettre à jour vers la dernière version (comme 14.04) car il y a eu une tonne de changements qui rendent le système d’exploitation beaucoup plus convivial pour les SSD.

Mettre à jour le firmware SSD

C’est aussi une bonne idée de mettre à jour le firmware de votre SSD. Les instructions sur la façon de procéder sont différentes pour chaque fournisseur, vous devrez donc consulter les instructions pour votre SSD spécifique. Sachez que certains (mais pas tous) ne permettent pas la mise à jour du firmware via Linux ; au lieu de cela, vous devrez utiliser un environnement bootable spécifique (similaire à un environnement Linux live) ou un utilitaire Windows pour faire le travail.

Utiliser ext4

Lorsque vous venez d’installer un système Linux, il est préférable d’utiliser le système de fichiers ext4. C’est le système de fichiers le plus utilisé et le plus stable disponible qui supporte TRIM (qui doit encore être activé – plus d’informations ci-dessous).

Cela ne devrait pas poser de problème : la plupart des distributions sont par défaut à ext4.

Options de montage au démarrage

linux distribution installationChaque fois que vous démarrez votre système Linux, il doit monter les différents lecteurs dans votre ordinateur afin de les utiliser. Il existe différentes options de montage que vous pouvez utiliser, en fonction de votre matériel et de vos besoins, et certaines sont appropriées à utiliser avec les SSD.

Pour faire ces changements, ouvrez votre terminal et exécutez la commande sudo nano /etc/fstab. Ensuite, trouvez la (les) partition(s) dans votre (vos) SSD qui sont listées dans ce fichier. Les partitions sont normalement listées par UUID, ce qui est plus précis que le système d’identification /dev/sdXY. Si vous avez plusieurs partitions, vous pouvez utiliser la commande blkid /dev/sdXY pour trouver l’UUID, remplaçant X par a-z et Y par 1-9.

Ensuite, ajoutez les options de montage suivantes : discard et noatime. Discard permet d’utiliser la fonction TRIM du SSD, ce qui améliore les performances et la longévité. L’autre option, noatime, indique au système de fichiers de ne pas garder la trace des derniers temps d’accès – juste les derniers temps modifiés. Cela peut réduire l’usure de votre SSD, parce qu’il y a beaucoup de fichiers auxquels vous accédez lorsque vous utilisez votre ordinateur, mais il y a beaucoup moins de fichiers que vous finirez par modifier. Le fichier doit ressembler à la capture d’écran ci-dessus.

Si vous constatez que certains programmes se comportent mal avec l’option noatime (car les derniers temps d’accès seront avant les derniers temps modifiés, ce qui est normalement impossible), vous pouvez remplacer noatime par relatime. Ceci met à jour le dernier temps d’accès avec la même valeur que le dernier temps modifié, le tout dans la même opération d’écriture.

Ne pas utiliser SWAP

Lorsque vous utilisez un SSD, c’est aussi une très bonne idée de ne pas avoir une partition SWAP dessus (à moins que vous n’ayez une raison sérieuse de le faire).

Le simple fait de lire et écrire les partitions SWAP ajoute une usure significative au SSD. Si vous souhaitez vraiment avoir une partition SWAP, il serait préférable de la placer sur un disque dur secondaire, non-SSD si possible. Je sais qu’il est tentant de mettre une partition SWAP sur un SSD – ce serait la partition SWAP la plus performante que vous n’ayez jamais eue – mais cette vitesse a un coût majeur.

Beaucoup de gens suggèrent que vous pouvez toujours ajouter une partition SWAP mais désactiver l’hibernation, car cela provoque des quantités extrêmes de lectures et d’écritures. Mais comme il est rare que vous utilisiez une partition SWAP, car vous avez probablement plus qu’assez de RAM, cela ne fera qu’occuper de l’espace et causera potentiellement de l’usure. De plus, ne pas inclure une partition SWAP pour commencer est un moyen facile de désactiver l’hibernation.

Conclusion

Ces conseils devraient vous permettre de progresser vers une expérience SSD beaucoup plus optimisée sous Linux. Et votre SSD vous remerciera en durant quelques années de plus qu’il ne le ferait sans ces optimisations. Si vous vous sentez chanceux, vous pouvez rechercher encore plus d’optimisations liées au SSD qui peuvent ne pas convenir aux personnes au cœur fragile. C’est à vous de décider, mais ces conseils font le plus de bien à votre SSD.

Vous vous demandez quel ssd choisir ? Ce lien devrait vous aider.